architecte lyon-architecture-chambery-centre funeraire

PLUGIN

Entre les deux bâtiments du centre funéraire existant, six arbres sont supprimés, remplacés par des poteaux, recouverts d’une dalle en porte à faux, donnant une impression de sustentation.
Dessous, une nouvelle salle de cérémonie.
A l’autre extrémité, une boîte en béton lasuré est greffée en plugin à l’existant. Revêtue d’une peau inox perforée de trous, évoquant la molécule d’ADN, et donc tout simplement la vie et l’éternité.

architecte-metro sytral la soie

LA SOIE

La force des réseaux de déplacement met en crise l’espace euclidien en faveur d’un autre univers enfanté par le ruban et la courbe des modes de transport.
Le plaisir de la perspective fait place à la sensation physique du mouvement, sans dedans/dehors, ni dessus/dessous.
Une grande couverture filtre les effets climatiques et forme un paysage significatif dans l’archipel suburbain.

architecte lyon-architecture-grenoble-logements sociaux-creche-zac

TRANCHES GEOLOGIQUES

Compacité, structure lourde, espaces traversants, isolation extérieure, et façades lisses…voilà qui donnent à l’ouvrage de bonnes dispositions bioclimatiques été et hiver.
Les revêtements extérieurs expriment les trois ordres réglementaires, sans retrait ni saillie. L’effet est celui d’une tranche géologique dans le grand paysage grenoblois. Des balcons de verres s’accrochent aux parois comme des nuages à la montagne. Un socle général évoque les anciennes digues de Grenoble, et palie aux rétentions des eaux de pluie.

architecte lyon-gymnase-construction-chaudiere bois

ARCHITECTURE DU PAYSAGE

Dans le site grandiose de la vallée du Grésivaudan, l’édifice des hommes reproduit en formes et matières une homothétie de la spectaculaire Chartreuse et s’ouvre sur le massif de Belledone plus lointain.
Les différents corps de bâtiment s’organisent à la façon des failles et des mouvements géologiques et telluriques.
La toiture, couche lumineuse et vaporeuse, renvoie aux glaces et brouillard des cimes. Les façades déconstruites et fragmentées pixellisent les roches de la montagne.

architecte lyon-gymnase-extension-bois

TOUT BOIS

Pour ne pas surcharger le sol gorgé d’eau et peu portant, pour minimiser la durée du chantier en site occupé de manière intensive et dans une région forestière, un projet tout en bois s’impose.
Enveloppée de bois et de polycarbonate, la nouvelle salle de gymnastique dégage alors une ambiance zen digne du pays du soleil levant, particulièrement bien adaptée aux arts martiaux et à la gymnastique pour laquelle elle est dédiée.
Une bande servante glissée entre la nouvelle et l’ancienne salle de sport fournit simultanément toutes les annexes, sanitaires, et accueil du public, et liaisons avec le gymnase existant.

architecte lyon-mairie-extension-patrimoine-lozanne

FACE A FACE

L’ancienne demeure bourgeoise dans laquelle sont aujourd’hui installés les locaux de la Maire, constitue un objet architectural typé et achevé, qu’il n’est ni possible d’imiter, ni d’agrandir, au sens architectural du terme.
L’attitude va donc consister à conserver le bâtiment existant en adoptant à son encontre une attitude de restauration respectueuse et scrupuleuse.
Par contre, pour l’extension, le projet se propose d’affirmer une écriture architecturale résolument contemporaine.

architecte lyon-architecture-valloire-patinoire

SUR LA GLACE

La patinoire s’est construite, agrandie et modifiée au fil du développement de Valloire.
Ses équipements techniques regroupés dans un bâtiment ont été modernisés. Mais la patinoire et son tapis glacier souffre de l’absence d’une couverture efficace contre le rayonnement solaire, obligeant à la mise en place délicate et coûteuse de toiles tendues.
La présente étude concerne la faisabilité de construction d’une couverture, réflexion nécessaire afin de répondre aux demandes des usagers et aux nécessités de bon fonctionnement.

architecte lyon-architecture-grenoble-logements sociaux-ehpad

VILLE ET PAYSAGE

A l’image de Saint Martin le Vinoux, le projet constitue une entité paysagère identifiable formant l’accroche entre les versants de la Chartreuse et les rives de l’Isère, noyées et confondues dans les infrastructures routières.
Cette identification s’exprime par des terrasses : l’une haute, apparentée à la montagne, et l’autre plus basse apparentée à la rivière.
Les volumes des logements et de l’EHPAD s’intègrent dans une série de méandres associant dalles et pignons, et évoquant les routes et lacets accédant aux quartiers élévés de la ville.